28 mars 2007

I] LE DESIGN DES ANNEES CINQUANTE

Introduction

mobilier2

Pendant près de quarante ans, les créations des années cinquante sont restées dans l’ombre, alors que les styles électrisants de la génération rock-and-roll occupaient le devant de la scène, et que les modèles rétro des années soixante et soixante dix revenaient au goût du jour. Au début du XXIème siècle, une nouvelle génération sensibilisée au design s’initie à la magie des productions des années cinquante et rajeunit les classiques anciens.

Nous verrons donc dans un premier temps comment était la maison des années cinquante, puis nous étudierons la décoration intérieure de cette décennie, pour en arriver aux architectes et leurs créations les plus célèbres.

I] La maison des années cinquante

L’Europe n’est plus l’unique centre de l’architecture moderne, qui devient un mouvement international dont les réalisations majeures voient le jour aux Etats-Unis après la guerre. Pendant que les Européens reconstruisent leurs édifices détruits, les Américains font rapidement progresser l’aménagement domestique.

Les nouveaux concepts adoptés par les architectes se traduisent souvent par l’utilisation de matériaux naturels comme le bois, la pierre, et la brique.

La maison devient un havre accueillant et confortable, et à la fin de la décennie la plupart des foyers sont entièrement mécanisés et hyper-efficaces.

Aussi confortables qu’abordables, mobilier et accessoires ménagers sont conçus pour refléter l’architecture nouvelle. Des éléments d’aspect luxueux mais cependant fonctionnels abolissent la distinction entre les objets quotidiens et ceux réservés aux grandes occasions. De même, la notion de pièce de réception est abandonnée et tous les espaces à vivre sont utilisés au quotidien.

1) Le rêve Américain

am_ricain

Les intérieurs Américains mêlent la culture populaire et le chic artificiel, les élégantes pièces Knoll, les juke-boxes et les enseignes au néon, les classiques scandinaves sobres et les revêtements en plastique, les fausses fourrures et le formica.

2) Le modernisme Scandinave

scandinave

Les créateurs scandinaves quant à eux préfèrent une esthétique plus sobre avec des lignes pures, du fonctionnalisme, des matériaux naturels, des espaces clairs et lumineux et des formes simplifiées.

3) Le style Européen

La France référence traditionnelle en matière d’architecture intérieur, n’adopte ni la retenue scandinave, ni le minimalisme des aménagements américains. Les intérieurs Français sont fideles aux modèles bourgeois traditionnels sophistiqués et pompeux.

II] La décoration d’intérieure

L’esthétique souple et fonctionnelle qui gouverne les intérieurs des années cinquante modernise la maison dans tous ses aspects. Couleurs et motifs constituent les éléments centraux du décor.

Les années cinquante reconsidèrent le rôle des matériaux de construction, des couleurs et de l’éclairage : appréhendés jusqu’alors séparément, ces éléments sont associés pour la première fois en un tout harmonieux, adapté aux exigences du nouvel art de vivre.

Les architectes font preuve d’ingéniosité pour que la maison s’adapte parfaitement à ceux qui l’habitent.

Qu’elle soit de conception moderne ou traditionnelle, la maison des années cinquante, plus petite que les précédentes, exige un mobilier léger et fonctionnel. Les meubles qui reflètent le nouveau style architectural reprennent les mêmes matériaux que celui-ci. Les lignes des objets et els motifs des textiles restent fidèles aux parallèles et aux quadrillages de l’architecture ; leurs formes s’avèrent souvent géométriques et linéaires.

1) Minimalisme, maximalisme

· « Moins c’est plus »tel est le principe du minimalisme. Il s’agit de décorer son habitation en partant de la structure architecturale. Designers et architectes marient luxe et sens pratique dans des formes simples et d’entretien facile. Le minimalisme dans l’art révèle le pouvoir esthétique de la retenue : impact des surfaces nues, ligne pures, formes spectaculaires. Le modernisme préconisé par Ludwig Mies van der Rohe influence l’intérieur des années cinquante, la maison est redéfinit en termes de lumière, d’espace et de transparence. Des panneaux de bois lisse et de verre délimitent les surfaces.

maximalisme

· Contrairement au maximalisme qui met en valeur les couleurs contrastées, les tissus aux motifs abstraits, les œuvres d’art éclatantes et l’éclairage coloré. Les années cinquante sont souvent associés au Kitsch : Canards volants, horloges en forme de soleil, tissus à imprimé animaliers et tapis en fausse fourrure spectaculaire de couleur vive animent avec humour un intérieur contemporain.

2) Matériaux

mat_riaux_1_

Les matériaux, bois, pierre ou carreaux de céramiques, choisis par les architectes des années 1950 introduisent la beauté de la nature dans la maison pour créer un paysage intérieur.

L’utilisation du bois et de la pierre connaît ainsi un renouveau dans les années cinquante. Grâce à sa beauté et à son adaptabilité, le bois devient l’un des éléments préférés employés par les architectes et les décorateurs. Le bois, synonyme de permanence, est aussi durable et stable que pratique et beau. Poli et posé en garnitures, il souligne les traits architecturaux intérieurs.

Les sols de pierre sont fréquents dans les intérieurs des années cinquante, notamment en Amérique du Nord. Les dalles aux formes denses et irrégulières offrent une base robuste, adaptée au séjour comme la terrasse, et permettent d’unifier les espaces extérieur et intérieur.

La juxtaposition du bois (teck, acajou, chêne, wengé …) et de la pierre souligne les patines chaudes et les textures denses de ces matériaux. La lourdeur du sol minéral contraste avec la légèreté du bois lisse qui tapisse les murs et les plafonds.

Si le style architectural des années cinquante intègre nombre de matériaux naturels, le vinyle, le linoléum, le formica et le plastique évoquent le caractère plus artificiel de l’environnement contemporain. Les sols de vinyle ou de linoléum colorés, décoratifs et fonctionnels, sont idéaux pour la salle de bains la cuisine et autres zones très fréquentées.

Grâce aux ouvertures panoramiques qui illuminent les pièces, l’espace vital semble plus vaste. De même, les portes en verre à l’intérieur de la maison facilitent la circulation de la lumière.

3) Couleurs

couleurs_1_

Les textures naturelles, les tons clairs et l’aspect chaleureux du bois forment une palette de tons ocrés et doux. Les couleurs soutenues n’en jouent pas moins un rôle majeur. Etalées sur de larges surfaces ou posées en petites touches, elles éblouissent, soulignent, unifient ou divisent. Les teintes vives adoptées dans les années cinquante supplantent les tons ternes de la période antérieure, marquée par la guerre.

Les décorateurs qui maîtrisent le mieux cette donnée préfèrent les tons qui, selon eux, reflètent le mieux la lumière. Ils rapprochent ainsi les teintes susceptibles de l’émettre et de la renvoyer. Le bleu et le jaune, par exemple, sont souvent associés pour maximiser leurs effets individuels.

Certains décorateurs préfèrent employer des teintes voisines comme le rouge, le jaune et l’orange.

Des motifs muraux vigoureux et colorés introduisent dans la maison moderne un graphisme puissant, qui supplante les fresques murales traditionnelles ou le papier peint conventionnel à dessins. Les chevauchements de couleurs évoquent le mouvement tandis que les tons ocre créent une impression de chaleur et de vitalité.

Le blanc est alors considéré comme une couleur plus classique que contemporaine. L’intérieur d’un blanc pur et clinique a perdu de son prestige et de son attrait.

La notion de couleur neutre a changé radicalement depuis le milieu du XXème siècle. A l’époque, elle concerne seulement le noir, le blanc et le gris, et non les tons ocrés comme le beige ou le blanc cassé, qu’elle compte désormais.

Les abstractions et le décor coloré de l’intérieur des années cinquante annoncent le pop art des années soixante, avant que l’univers psychédélique et le Flower power rompent avec les motifs géométriques répétés et les tons sourds.

4) Luminaires

lumieres

Selon Jacobsen, « la lumière donne à toutes les choses leur présence ». Sa remarque souligne l’importance de l’éclairage ambiant dans un intérieur et la capacité de celui-ci à produire des effets dramatiques.

L’éclairage est aussi important que les autres éléments de l’architecture. La lumière du jour dans une pièce peut, selon son intensité, apporter une vive clarté ou une atmosphère tamisée.

Naturel ou artificiel, l’éclairage joue un rôle capital dans l’aménagement intérieur. Les pièces sont souvent illuminées d’en haut par de longues suspensions, des plafonniers ou des spots qui recréent à toute heure l’éclat du jour.

Lampadaires, lampes de table et appliques sont placés aux points stratégiques selon les règles régissant la mise en valeur des œuvres d’art.

Si les lampadaires étaient auparavant fixes et statiques, ils deviennent interactifs et réglables dans les années cinquante. Le bras pivotant maintenu par un contrepoids est équipé d’une rotule qui lui permet de tourner à 360°.

Les luminaires triples sont la griffe de l’éclairage des années cinquante, qu’il s’agisse de suspensions, de lampes de table ou de lampadaires.

Les lampions de papier comme Bubble, de George Nelson, sont très populaires, de même que les modèles blancs coiffés de cuivre produits par Ateljé Lyktan, en Suède.

Les innovations lancées dans les années cinquante influencent donc les luminaires apparus par la suite.

III] Architectes, et leurs créations les plus marquantes

De nombreux architectes-décorateurs et leurs œuvres ont marqué les années cinquante.

· Charles (1907-1978) et Ray (1912-1988) Eames :

- Portemanteau Hang it all (1953)

764456

- Fauteuil Lounge chair et repose pieds Ottoman (1956)

eames

- Chaise Dar, coque en plastique polypropylène, pieds chromés (1960)

Sans_titre

· Eero Saarinen (1910-1961)

- Les chaises, fauteuils et tables de la série Tulip Pedestral Group (1956)

768002

· Arne Jacobsen (1902-1971)

- Chaise fourmi (1952)

4487_6876

- Fauteuil œuf (1958)

jacobsen_1

· Harry Bertoia (1915-1978)

- Chaises diamond en résille d’acier (1952)

Bertoia_Stuhl_492_Detail

· Verner Panton (1926-1998

- Chaise S275 (1966)

objet01048img2

· George Nelson (1907-1986)

- Horloge Ball clock (1948)

nelson

- Fauteuil Marschmallow (1956)

479_ARCHILAB_canape_NELSON_1

Conclusion

Les innovations pratiquées dans la décoration durant les années cinquante ont laissé un héritage de textures, motifs, formes profilées, lignes épurées aussi pratiques que belles. Cettevision de la vie domestique, qui dure depuis un demi-siècle s’est transformée en un style devenu intemporel.

De plus, Le style des années cinquante dévoile les appartements citadins ou les maisons de campagne de collectionneurs, démontrant que les intérieurs actuels peuvent adopter le style d’une autre époque tout en demeurant parfaitement contemporains.

Posté par eches à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur I] LE DESIGN DES ANNEES CINQUANTE

Nouveau commentaire