29 mars 2002

Le Pop Art Américain

 Pour certains, on comprend que le néo-dadaïsme et le pop art aient pu représenter la déchéance de l’art. Surtout pour le dogme établi par les critiques Clement Greenberg et Harold Rosenberg pour qui l’art reposait sur l’abstraction et l’hermétisme théorique, sur une conception romantique et élitiste, en un mot, sur une forme de puritanisme que l’iconographie provocatrice, triviale et érotique du pop art battait en brèche. A l’instar du néo-dadaïsme, le pop art fut maintes et maintes fois taxé de simpliste, de collusion avec le système capitaliste, de démagogique.

 En 1961 et 1962, un série d’exposition personnelle marque l’émergence d’un style nouveau qui, lui aussi, utilise les différentes techniques de production de masse comme les billboards, les affiches de cinéma… Ainsi, on y croisera Ady Warhol, un artiste commercial professionnel travaillant pour les revues de mode et les grands magasins, qui reproduira des boites de soupe campbell et les photos de presse des stars internationales comme Marilyn Monroe, donnant par ailleurs naissance à Marilyn. Roy Lichtenstein sera aussi de la partie et se tournera vers le comics avec des œuvres similaires à Hopeless avec lesquels il essaye d’agrandir les points de la trame typographique. A l’automne 1962, The New Realist réunit tous ces artistes et consacra la naissance du pop art, inaugurant des séries d’expositions collectives qui prendront place environ deux années plus tard. La consécration internationale intervint en 1964 avec un scandale : la remise du grand prix de la Biennale de Venise attribué à Rauschenberg.
WarholAndy Warhol, Autoportrait

Posté par eches à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Pop Art Américain

Nouveau commentaire